Trouble Bipolaire

Qu'est ce que le trouble bipolaire et les symptomes ?

Le trouble bipolaire est une maladie marquée par des changements extrêmes de l’humeur, de la pensée, d’énergie et du comportement.

Le trouble bipolaire anciennement psychose maniaco-dépressive est la maladie de l’humeur. Elle se caractérise par une alternance de périodes haute (manie), basse (dépression) et stable. Le diagnostic prend environ 9 ans en France et la maladie peut avoir des conséquences graves comme le suicide.

Cette maladie n’est pas un défaut de caractère ou un signe de faiblesse personnelle, c’est un trouble psychologique diagnostiqué par un médecin souvent un psychiatre.

Celle-ci se déclare majoritairement chez les jeunes de 15 à 25 ans. Parfois, ces conséquences sont dramatiques.

Qui est atteint de bipolarité ?

Le trouble bipolaire se retrouve dans tous les âges, groupes ethniques et classes sociales. C’est la 6 éme cause de handicap au niveau mondiale selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Selon les données de la fondation fondamentale, cette maladie touche 2 millions de Français selon l'UNAFAM environ à un moment donné de leur vie. (2,4% de la population mondiale selon l’OMS) Elle débute généralement à la fin de l’adolescence et se manifeste souvent sous la forme d’une dépression, bien qu’elle puisse commencer dans la petite enfance ou plus tard dans la vie.

Bien qu’un nombre égal d’hommes et de femmes développent un trouble bipolaire, l’évolution de la maladie diffère selon les sexes. Une étude de recherche évaluée par des pairs et publiée dans la revue universitaire « Psychiatric Clinics of North America » en 2003 a identifié plusieurs différences liées au sexe en ce qui concerne le trouble bipolaire. Tout d’abord, les hommes ont tendance à commencer leur maladie par un épisode maniaque, tandis que les femmes commencent par un épisode dépressif. De même, les femmes connaissent plus souvent que les hommes des manies mixtes, des épisodes dépressifs et des cycles rapides.

La maladie semble avoir un lien génétique. En fait, un article publié dans la très respectée revue universitaire « Neuroscience » qualifie le trouble bipolaire de « la plus héréditaire des maladies médicales ». Les recherches en cours visent à identifier les gènes spécifiques qui prédisposent une personne à cette maladie.

Comme la dépression et d’autres maladies graves, le trouble bipolaire peut également avoir des répercussions négatives sur les conjoints, les partenaires, les membres de la famille, les amis et les collègues de travail.

Description « scientifique »

Il me semble important, avant d’aller plus loin, de bien comprendre ce qu’est la bipolarité. Encore une fois, je précise que je ne suis ni médecin, ni psychologue. Les informations que je présente ici sont tirées de mes lectures, mes visionnages ainsi que de mes connaissances personnelles.

Afin de comprendre ce qu’est le trouble bipolaire, il est intéressant d’aller à l’origine de la majorité des troubles mentaux. En effet, bien qu’il n’y ai pas de constatation clinique possible sur l’imagerie moderne, il existe un point de départ à ces troubles. Ce point de départ se situe au niveau des neurotransmetteurs du neurone.

Nous savons tous, grossièrement, ce qu’est un neurone. Pour faire simple, c’est la plus petite cellule qui existe dans notre corps. Nous en possédons tous des milliards. Chaque neurone appartient et traite un domaine spécifique. Dans le cas de la bipolarité les neurotransmetteurs du neurone fonctionnent différemment. 

Mais quel est le lien entre tout ça et les troubles mentaux ? Et bien, il se trouve que ces troubles soient dus à un dysfonctionnement des neurotransmetteurs. Plus spécifiquement, des neurotransmetteurs en lien avec l’humeur pour le trouble bipolaire.

Maintenant que nous avons rapidement vu les causes scientifiques, intéressons-nous aux conséquences.

Quelles conséquences ?

Concrètement, cela influence directement l’état de votre humeur. Ainsi on peut observer, chez une personne ne présentant aucun trouble, une  » échelle de l’humeur » allant de -2 à +2. Celle d’un bipolaire peut aller de -10 à +10.

» Que ce passe t-il lorsque je suis à -10 ?  » : C’est la dépression. En phase dépressive, plus rien ne vous donne envie sauf votre lit. Les idées s’assombrissent et parfois, trop souvent, des envies de suicide apparaissent.

» que ce passe t-il lorsque je suis à +10 ? » : C’est l’état maniaque. En phase maniaque, vous êtes le roi du monde. Tout est possible et beau. Parfois, souvent, des délires et des envies de grandeur apparaissent.

Les types de troubles bipolaires :

Les différents types de troubles bipolaires pour plus de détails sont déterminés par les caractéristiques et la gravité des symptômes des hauts et des bas.

Le DSM-V (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) identifie quatre types de base.

  • Le trouble bipolaire I est caractérisé par un ou plusieurs épisodes maniaques qui durent au moins une semaine ou qui sont si graves que la personne doit être hospitalisée. Des épisodes de dépression d’une durée d’au moins deux semaines et d’hypomanie peuvent également survenir, ainsi que des états mixtes (lorsque les symptômes de dépression et de manie ou d’hypomanie sont présents ensemble).
  • Le trouble bipolaire II est caractérisé par un ou plusieurs épisodes dépressifs accompagnés d’au moins un épisode hypomaniaque. Les épisodes hypomaniaques présentent des symptômes similaires aux épisodes maniaques, mais sont moins extrêmes et ne durent pas aussi longtemps. Cependant, le comportement de la personne est clairement différent de la norme pour les observateurs. Selon l’étude de 2003, la bipolarité II est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes.
  • Le trouble cyclothymique est caractérisé par des périodes d’états d’âme élevés (comme la manie ou l’hypomanie) et des périodes d’humeur dépressive qui durent au moins 2 ans. Ce qui distingue le trouble cyclothymique des troubles bipolaires I et II est la gravité des symptômes : ni les états d’humeur élevés ni les états d’humeur déprimée ne sont suffisamment extrêmes pour répondre aux critères diagnostiques de la (hypo)manie ou de la dépression. Mais cela ne signifie pas que ce trouble spécifique ne nécessite pas de traitement.
  • Les autres troubles bipolaires et connexes spécifiés et non spécifiés comprennent les symptômes bipolaires qui ne correspondent pas aux critères des troubles bipolaires I, II ou cyclothymiques.

Une observation médicale, personnelle et environnementale est nécessaire afin d’orienter le diagnostique de votre trouble. Si vous avez le moindre doute concernant votre état de santé mental, consultez un spécialiste. Si cela est plus facile pour vous, parlez en à votre généraliste. Il saura vous conseiller et vous orienter.

 

"Le trouble bipolaire est assez fréquent en France. Environ 2 personnes sur 100 en sont atteintes. Des traitements existent pour réduire l’intensité et la régularité des changements extrêmes de l’humeur, de la pensée, de l’énergie et du comportement. "

Le trouble bipolaire est représenté par 2 phases, la phase dépressive et la phase maniaque ou d’exaltation. Les caractéristiques suivantes ne sont pas exhaustives et varient selon chaque personne.

Les symptômes d’une phase dépressive :

  • Désintérêt, envie de ne rien faire
  • Réduction des activités sociales
  • Pessimiste
  • Perte de confiance
  • Sentiment de culpabilité de honte
  • Perte d’énergie et fatigue, envie de dormir plus que la moyenne
  • Anxiété
  • Parfois des pensées suicidaires ou morbides

Les symptômes d’une phase maniaque :

  • Trop plein de confiance (sentiment de pouvoir ultime)
  • Hyperaffectivité
  • Diminution du besoin de sommeil (insomnie parfois productive)
  • Dépenses importante d’argent
  • Débit accéléré de la parole
  • Euphorie
  • Hyperactivité
  • Comportement désinhibé
  • Hyperactivité sexuelle
  • Troubles du jugement
  • Dans certains cas délire et hallucinations

Le trouble bipolaire est-il fréquent chez les enfants ?

Le trouble bipolaire est plus susceptible d’affecter les enfants de parents qui en sont atteints que les enfants de parents qui n’en sont pas atteints. Selon une étude longitudinale de 2007, lorsqu’un des parents est atteint de cette maladie, le risque que leurs enfants développent un trouble bipolaire est d’environ 30 à 40 % (une chance sur quatre ou une chance sur trois). De même, lorsque les deux parents sont atteints de ce trouble, le risque que leurs enfants le développent également augmente jusqu’à plus de 60 % (une chance sur deux).

Les symptômes peuvent être difficiles à reconnaître chez les enfants, car ils peuvent être confondus avec les émotions et les comportements considérés comme habituels à leur âge. Les symptômes peuvent apparaître dans divers comportements.

Selon « l’American Academy of Child and Adolescent Psychiatry », jusqu’à un tiers des 3,4 millions d’enfants souffrant de dépression aux États-Unis, je n’ai pas de chiffre sur la France pourraient en fait être atteints d’un trouble bipolaire précoce.

Options de traitement :

Il existe actuellement plusieurs thérapies différentes, et de nombreux nouveaux traitements prometteurs sont actuellement à l’étude. Comme le trouble bipolaire peut être difficile à traiter, il est fortement recommandé de consulter un psychiatre et un psychologue ou un médecin généraliste ayant de l’expérience dans le traitement du trouble bipolaire. Les traitements peuvent comprendre des médicaments, une thérapie par la parole et des groupes de soutien.

Rejoindre notre groupe de parole pour bipolaire

hopestagehopestage

Envoyez-nous un message pour pouvoir vous aider !

“Ma mission aider les personnes bipolaires au quotidien.”
Clement Baissat
Clément Baissat
Fondateur @HopeStage

Prenez contact avec nous

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.