Trouble Bipolaire

Trouble bipolaire définition et symptomes

Gérer votre trouble bipolaire c'est Accepter votre bipolarité.

Le trouble bipolaire est par définition la maladie des émotions. Tout le monde à des changements d'humeurs (joies, tristesses, colères...) cependant les sautes d'humeurs sont extrêmes pour les personnes bipolaires sans rapport avec ce qui leur arrive. La bipolarité est la 6 éme cause de handicap selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Entre 1% à 2% de la population mondiale est atteinte par les différents types de troubles bipolaires. 

Les symptômes du trouble bipolaire consistent en l'alternance de 3 états :

• Un état d’euphorie, appelé manie.
• Un état d’accablement, appelé dépression.
• Un état sans symptômes pendant lequel la plupart des personnes atteintes se sentent normales et ont des activités normales.

Comment savoir si on est bipolaire ?

Plusieurs tests existent vous pouvez les trouver ici. Mais nous vous recommandons de vous faire diagnostiquer par un psychiatre.

Qu'elles sont les types de bipolarité ?

  • Bipolaire de type 1 (au moins une phase maniaque)
  • Bipolaire de type 2 (n'a jamais eu de phase maniaque "pas d'hospitalisation"; seulement des phases hypomaniaques ou des dépressions)
  • Cyclothymie (phases hautes et basses moins fortes que pour les autres troubles bipolaires)
  • Le trouble bipolaire à cycle rapide (des cycles dépressifs, maniaques particulièrement courts)
  • Bipolaire de type 3 (déclenchement d'une phase maniaque par des antidépresseurs; pas vraiment de consensus scientifiques)
  • Autres troubles bipolaires...

Peut-on soigner sa bipolarité ?

Des médicaments existent pour atténuer les symptômes. En 2022 on parle de gérer/soigner sa bipolarité car il n'est pas encore possible d'en guérir si on se fie à la science conventionnelle.

La bipolarité est-elle héréditaire ?

Plusieurs études montrent que le trouble bipolaire peut être transmis par les gènes.

Symptômes d'une phase maniaque ?

Un épisode de manie (parfois hypomanie) se reconnaît à la présence pendant au moins 1 semaine, de plusieurs des symptômes suivants :

  • sentiment de bonheur et de plaisir très intense ou, au contraire, d’irritabilité excessive;
  • hyperactivité, agitation et énergie débordantes;
  • idées de grandeur. Par exemple, une estime de soi démesurée;
  • débit de parole accéléré ou logorrhée. La personne parle sans arrêt, coupe la parole aux autres;
  • augmentation importante du nombre d’activités professionnelles, sociales;
  • diminution du besoin de dormir. Souvent lié à des insomnies sans pour autant sentir la fatigue;
  • accélération de la pensée. La personne ressent un trop-plein d’idées ou passe du coq à l'âne;
  • manque de jugement;
  • grande distraction.
  • comportements à risque qui procurent du plaisir. Avec des achats impulsifs par exemple; risque.

Symptômes d'une phase dépressive ?

Un épisode de dépression se caractérise par la présence continuelle, pendant au moins 2 semaines, de plusieurs des symptômes suivants :


Nous vous partageons les étapes de l’espoir pour apprendre à gérer votre trouble bipolaire au quotidien.  L’objectif est de mettre en place des outils et des tactiques pour anticiper et mieux gérer vos phases maniaques et dépressives.

Les étapes de l’espoir

Pour les bipolaires par les bipolaires

Introduction

“Nous pouvons réussir personnellement et professionnellement en tant que Bipolaire.”

La mise en place de routine comme la méditation, tenir un journal intime, la pratique du sport, recourir à la technologie via des applications mobiles pour un suivi, se faire accompagner par un psy, la participation à des groupes de parole, tout cela conjugué permet de réussir en tant que Bipolaire.

Bipolaires célèbres :

Le trouble bipolaire n’est pas une calamité, ces femmes et hommes célèbres sont aussi des personnes bipolaires : Napoléon Bonaparte, Winston Churchill, Mel Gibson, Mariah Carey, Jimi Hendrix, Frank Sinatra, Catherine Zeta-Jones, Virginia Woolf, Friedrich Nietzche, Vincent Van Gogh, Hector Berlioz… Le fait de ressentir des émotions différemment donne souvent une créativité hors du commun. C'est pour cette raison que l'on dit que pour réussir à Holliwood il faut être bipolaire comme c'est évoqué dans le documentaire de Steven Fry avec Robbie Williams : The secret life of the manic depressive. (la vie secrète des bipolaires)

L’acceptation du trouble bipolaire est la première étape de l’espoir.

Nous avons développé un programme pour vous aider à mieux vivre votre bipolarité au quotidien.

Nous considérons dans ce guide que vous avez été diagnostiqué bipolaire par un ou des psychiatres. Si vous avez des doutes ou des questions, nous vous recommandons vivement de consulter un ou des psychiatres spécialisés dans la bipolarité pour être diagnostiqué.

Nous partons aussi du principe que vous comprenez ce que c’est que la bipolarité, néanmoins voici un article explicatif en cas de besoin : Qu’est-ce que le trouble bipolaire ?

Nous avons fais le choix de ne parler des médicaments car nous ne sommes pas des médecins. Les médicaments restent pour autant essentiels dans la majorité des cas.

Pour les non-anglophones, j’ai choisi comme nom HopeStage parce que la traduction littérale est “ étapes de l’espoir ” .

Étape 1 : Accepter la maladie

Vous avez été diagnostiqué bipolaire.

Avant tout, ce qui est dur est d’accepter le fait d’être atteint du trouble bipolaire. C’est comme ça, cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas être heureux ou réussir mais c’est quelque chose qui est en vous. On ne guérit pas de la bipolarité, on apprend seulement à la gérer. Comme toute acceptation doit provenir de vous car vous êtes au cœur de votre réussite, ce n’est pas aux autres de vous soigner mais à vous de le faire. Un accompagnement aide beaucoup mais c’est vous qui êtes au centre de cette réussite. La meilleure option est de chercher un ou des psychiatres pour vous faire diagnostiquer. Pour être mis en relation avec des professionnels, vous pouvez remplir le formulaire suivant : Trouver l’accompagnement idéal pour bipolaire

Comment accepter son trouble bipolaire?

Voici un article pour vous aider : Pourquoi l’acceptation est essentielle pour gérer la bipolarité ?

Nous pensons que c’est la première étape de l’espoir pour mieux vivre sa bipolarité.
Il est compliqué de pouvoir s’occuper des autres étapes si vous n’avez pas pris soin de cette base essentielle dans un tout premier temps.

Étape 2 : Voir un psychiatre, psychologue ou/et thérapeute/coach.

Il faut se constituer son équipe soignante avec notamment un ou des thérapeutes. Vous complétez cette équipe de choc avec vos proches et d’autres bipolaires avec qui partager comme expliqué plus bas. (Un thérapeute peut être un psychologue ou un psychiatre c’est un terme qui veut dire soignant.)

C’est essentiel de pouvoir être suivi par un thérapeute en moyenne 1 fois par mois. Chacun est libre de trouver le rythme qui lui convient mais la régularité est essentielle, d’autant plus dans le trouble bipolaire. Ce n’est pas parce que cela va bien et que vous êtes heureux/stable qu’il faut arrêter. L’important est de toujours être dans l’anticipation, d’où l’importance d’un regard extérieur.
En France, seuls les psychiatres qui ont fait des études de médecine sont en mesure de vous prescrire des médicaments. Nous avons fait le choix délibéré de ne pas parler des médicaments car nous ne sommes pas médecins. Vous ne verrez donc pas d’informations sur les médicaments dans ce guide mais il faut dans la plupart des cas prendre un traitement.

Voici quelques conseils sur comment trouver le bon psy ?.

Nous pouvons aussi vous aider à trouver un thérapeute. Pour cela il faut remplir le formulaire suivant : Trouver l’accompagnement idéal pour bipolaire

La relation avec son coach/ thérapeute, psychologue/psychiatre

Il est important de préparer vos séances de psy. Qu’est ce qui vous gêne en ce moment ? De quoi voulez-vous parler en priorité ? Les sessions de thérapies sont souvent courtes (30 à 45 minutes en moyenne) il est donc essentiel d’avoir un fil conducteur. Personnellement j’écris mes pensées et mes questions en amont sur un Google Docs/Word. Généralement le manque de temps provoque de potentielles frustrations, d’où l’importance de choisir un sujet et un seul spécifique pour avoir le temps d’aller au bout des choses et ne pas devoir s’arrêter en milieu de séance. Certains sujets peuvent aussi être abordés avec des proches ou bien pendant des groupes de paroles. A contrario si vous voulez parler de vos médicaments, il vaut mieux consacrer du temps à ce sujet avec un psychiatre dont c’est le travail plutôt que d’en parler avec des personnes qui ne sont pas médecins et risquent d’avoir une approche non médicale sur les effets des médicaments.  

La relation avec son thérapeute

Le fait de voir un psychiatre n’empêche pas de demander le soutien d’un thérapeute dont la formation n’est pas spécifiquement médicale. Attention dans ce choix car la profession n’est pas toujours bien réglementée et certains thérapeutes se disent par exemple psychologues sans pour autant avoir fait des études appropriées et surtout sans en avoir les compétences. Un psychiatre a fait des études de médecine et est habilité à prescrire des médicaments. Un thérapeute n’a pas fait d’étude de médecine et n’a donc pas la possibilité de prescrire des médicaments. Vous devez donc vous fier au psychiatre plutôt qu’à votre thérapeute pour la partie médicamenteuse. Il est important d’avoir un thérapeute qui comprend la maladie bipolaire pour avoir de meilleurs conseils et un guide. De manière générale, il est compliqué d’aider une personne que nous ne comprenons pas.

Étape 3 : La mise en place de routines

La création de routine est essentielle pour faciliter la stabilisation d’un bipolaire. Mais la création de routine positive est quelque chose qui prend beaucoup de temps. Il faut faire une chose à la fois seulement pendant une période de 24 jours. Par exemple, si vous commencez par l’étape 1 qui est de boire 50 cl d’eau à votre réveil, vous devez respecter cette routine pendant 24 jours d’affilée avant de pouvoir vous atteler à commencer une autre routine.
L’objectif est de faire des petits pas afin de réussir à maintenir sa routine dans la durée et ne pas abandonner par la suite à la moindre phase maniaque ou dépressive.

Voici ma propre routine :

  • Boire 50 cl d’eau au réveil
  • Ecrire dans mon journal intime tous les jours le matin
  1. Écrire 3 points de gratitudes (“merci à”, “j’ai de la chance de”, “je suis reconnaissant pour…”)
  • Faire 5 minutes de méditation par jour
  • Aller au travail en vélo (ne prendre le métro qu’en dernier recours)
  1. Marcher au minimum 1h30 par jour en faisant des pauses régulières dans la journée
  • Avant de me coucher réécrire dans son journal intime (“3 choses qui ont été super aujourd’hui…”)
  • Faire du sport 2 fois par semaine (courrir le lundi et le mercredi matin avant la douche à 7h30)

Se fixer des objectifs

Chaque jour, une fois que j’ai exprimé mes pensées à l’écrit dans mon journal intime, je prends quelques minutes pour me fixer des objectifs pour la journée. Ce sont souvent 2 à 4 choses pour ne pas en avoir trop à accomplir comme :

Objectifs du jour :

  • Finir la version 1 des étapes de l’espoir
  • Aller courir 45 minutes
  • Faire un article de blog

Cet exercice doit être fait avant d’ouvrir mes mails et mes autres canaux de communication. Il faut pouvoir déterminer ce qui est le plus important à accomplir pour nous et s’organiser en conséquence. Les mails/SMS/slack sont les objectifs des autres, pas les nôtres et il est essentiel de pouvoir faire le point sur ce que nous souhaitons accomplir. Vous pouvez aussi vous fixer des objectifs à plus long terme, sur la semaine, le dimanche après-midi personnellement ou bien même des objectifs sur 20 ans. Pour être heureux il faut être en adéquation avec ce que vous voulez accomplir dans votre vie. Ainsi vous ne serez pas engagé dans une course qui n’est pas la vôtre comme celle que souhaite votre famille ou votre manager. Certaines personnes sont persuadées de devoir faire quelque chose toute leur vie et lorsqu’elles réussissent à l’accomplir, c’est pour se rendre compte que ce n’est pas leur rêve mais celui des autres ou ce que la société considère comme de la réussite.

Prendre soin de son alimentation

“Vous êtes ce que vous mangez.” Gillian Mckeith

Comme tout être vivant, vous avez besoin des bons ingrédients pour que votre corps soit en mesure de bien fonctionner comme votre cerveau.

Nous détaillons plus en détail dans cet article : Comment notre alimentation influence notre stabilité ? Personnellement je ne mange pas de sucre ou de nourriture industrielle, je ne bois pas de sodas chez moi mais je me permets des écarts lors d’activités sociales. Je fais aussi attention à tous les stimulants : pas de café ni de thé après 15h00 et bien sûr je limite ma consommation d’alcool.

La pratique du sport

Le sport est un bon moyen de garder le contrôle sur son sommeil en exerçant son corps. Dans un début de phase dépressive s’il est encore possible de pratiquer du sport, à ce moment-là le sport devient un énergisant. Tous les sports sont recommandés. Personnellement j’apprécie beaucoup le yoga pour ses apports physique et méditatif ainsi que la piscine, le tennis, la course à pied et le vélo pour remplacer le métro. Il est recommandé de faire du sport au minimum 2 fois par semaine mais vous pouvez aussi pratiquer du sport tous les jours. La marche et/ou le vélo constituent un bon moyen de compenser les jours où vous ne faites pas de “sport” à proprement parler.

Optimiser son sommeil

Le sommeil est crucial pour la stabilité, évité au maximum de modifier vos horaires de couchés : 10 astuces pour améliorer votre sommeil. Par exemple il est essentiel de permettre à vos yeux de voir la lumière du jour au réveil. Avoir un sommeil réparateur doit faire partie de vos tops priorités pour rester stable.

Étape 4 : La méditation

Comment apprendre à méditer ?
Personnellement j’apprécie une playliste sur spotify “3 minutes méditation » : c’est gratuit et la durée des méditations est assez faible. Parfois je fais 5 minutes ou plus mais l’important est d’être régulier dans sa pratique.

Voici un article sur les bienfaits de la méditation pour les bipolaires.

Les bienfaits de la méditation ne sont plus à démontrer, la quasi-totalité de la communauté scientifique en est convaincue.  Bon nombre de thérapeutes sont en mesure de vous initier à cette pratique. Veillez néanmoins à bien choisir une méthode recommandée aux bipolaires.

🧘‍♀️ Apprendre la méditation

Étape 5 : Tenir un journal intime

Il est important d’écrire vos pensées pour ne pas les ruminer toute la journée.
L’un des concepts les plus utilisés est celui du “5 minutes journal” – l’anglicisme est simple à comprendre.

Voici la structure du 5 minutes journal :

La matin en se réveillant :
Je suis reconnaissant de …

Aujourd’hui sera une super journée parce que …

Affirmations Postives …

Avant de se coucher :
3 choses qui ont été super aujourd’hui …

Comment est-ce que j’aurais pu améliorer ma journée ?


✍️ Le PDF du journal de 5 minutes

L’un des points importants est d’écrire à propos de ce qui nous inspire de la gratitude. Par exemple: “Je suis reconnaissant de …”

Cela doit être écrit tous les jours pour bien commencer sa journée.

Personnellement j’écris aussi mes objectifs de la journée et une fois par semaine, le dimanche généralement, j’écris mes objectifs de la semaine.

Pouvoir écrire ses pensées, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, permet de les extérioriser.

Généralement j’en profite pour aussi écrire ce que j’ai appris la veille afin d’avoir la possibilité de consolider mes connaissances acquises. Cela permet de faire passer ce que j’ai appris de ma mémoire court terme à ma mémoire long terme.

🧠 En savoir plus sur comment améliorer votre mémoire

Le fait d’écrire des sections de gratitude est aussi une bonne idée comme l’exercice du (5 minutes journal). Ce concept simple permet d’être plus heureux et de s’améliorer un peu plus chaque jour. Vous pouvez aussi compléter cet exercice d’un diagramme de votre humeur à vos heures de lever et de couché.

Étape 6 : Demander de l’aide à vos proches

Vos proches sont les premiers à vouloir vous aider à gérer votre bipolarité. Ils sont essentiels dans votre vie et votre stabilisation. Il faut pouvoir les aider à comprendre votre maladie et en parler avec eux afin qu’ils puissent détecter vos phases dépressives ou maniaques pour vous aider à mieux les gérer, voici un article pour les aider eux : Comment puis-je aider une personne bipolaire ? Pour expliquer la bipolarité à vos proches il faut utiliser des phrases simples au début, je dis souvent que c’est la maladie des émotions : Qu’est-ce que le trouble bipolaire ?.  Quand je parle de proche il faut rester dans un cercle qui vous convient d’amis et de votre famille, compagnon/copine. Hélas la bipolarité demeure encore en 2021 quelque chose de tabou dans le travail et c’est pour cela que je vous recommande de ne pas en parler dans le cadre professionnel sauf en dernier recours, notamment si vous avez des arrêts de travail multiples. Vous pouvez demander conseil à votre psychiatre car c’est lui qui prescrit les ordonnances d’arrêt de travail et il dispose de plus d’informations.

Nous détaillons ici : Pourquoi l’acceptation de son trouble bipolaire est essentielle pour gérer sa bipolarité ? en vous donnant quelques conseils pour le faire. Comme nous l’expliquons dans l’article, ce n’est pas simple de parler de sa bipolarité.

Aider ses proches à mieux vivre votre bipolarité

Il est parfois compliqué pour vos proches de vous supporter pendant des phases maniaques ou dépressives. Il faut pour cela trouver des solutions pour les aider dans le sens de les épargner. Des groupes Facebook comme aider un bipolaire avec qui nous travaillons et des associations sont aussi là pour les soutenir afin de pouvoir parler entre eux des difficultés qu’ils rencontrent et trouver des solutions.

Étape 7 : Avoir un pair aidant

La pair aidance c’est quoi ?
Le partage avec un pair bipolaire ayant vécu une souffrance similaire. L’idée est d’avoir un pair aidant pouvant aider le bipolaire à mieux vivre. Une personne à qui parler lors de difficultés en début de phase maniaque ou dépressive par exemple.

Nous recommandons pour cela de contacter l’association Espairs pour vous aider sur le sujet.

Si vous voulez que nous avancions sur le sujet, car vous n’arrivez pas à trouver de solution ce sera un plaisir de le savoir, n’hésitez pas à nous envoyer un mail à : hello@hopestage.com

Étape 8 : Pouvoir anticiper et détecter une phase maniaque

Il vaut mieux prévenir que guérir, car en pleine phase maniaque il est particulièrement complexe de se rendre compte de son état. C’est essentiel de pouvoir mettre en place des règles pour comprendre comment nous vivons une phase maniaque afin d’être en mesure de l’anticiper. Le plus facile pour gérer ce type de phase est avant tout de se rendre compte de ses éléments déclencheurs, de sorte à pouvoir mettre en place son plan d’action dès qu’une phase commence. Il faut analyser votre dernière phase maniaque, et noter les éléments déclencheurs pour pouvoir anticiper la prochaine phase. C’est souvent lié à l’insomnie mais chacun peut avoir des éléments déclencheurs différents. De manière plus générale l’hygiène de vie est un fondement de la stabilisation il faut apprendre à se connaître pour limiter les risques. Cela passe parfois par le fait de refuser des sortis avec des amis ou rentrer plus tôt le soir.

Mettre en place un plan d’action

Il faut décrire la manière dont vous voulez réagir lorsqu’une phase maniaque arrive. Souvent une phase maniaque commence lorsque vous avez des difficultés à dormir, insomnies sans pour autant vous sentir fatigué. Ma première action est de limiter significativement les soirées qui terminent tard, la consommation d’alcool fort et de lancer trop de projets en même temps. Je respecte strictement les horaires de coucher et de lever pour réussir à ne pas troubler mon sommeil plus que cela. Je vais faire plus de sport et de manière plus intensive pour m’aider à dormir. Je dois aussi en parler à mes proches pour les prévenir et leur permettre de me recadrer dès que possible dans mes comportements. Je m’oblige aussi à ne pas prendre de décision importante et ne pas faire des achats importants.

👉 Créer votre plan de crise

Étape 9 : Pouvoir anticiper et détecter une phase dépressive

La dépression est souvent la phase la plus redoutée pour les bipolaires. Il est avant tout essentiel de détecter lorsqu’elle pointe le bout de son nez. Le plus important est de réduire la pression et le stress que vous avez au travail et dans votre vie. Mettre en pause les projets secondaires pour ne pas subir trop de pression, si vous avez des engagements associatifs demandez une pause.. Mettre en place des routines très strictes pour ne pas vous isoler sera bénéfique. Nous détaillons plus en détail le point dans cet article : Comment surmonter l’isolement pendant une dépression ?
Il ne faut pas hésiter à transmettre des consignes à ses proches pour prévenir et intervenir dans une phase dépressive. Je pause quelques jours de vacances et si possible je profite de ces 3-4 jours pour changer d’environnement en partant chez mes parents me reposer. J’aime beaucoup en profiter pour faire de longues randonnées dans la nature afin de me ressourcer et mettre de côté, voire éteindre mon téléphone portable.

Mettre en place un plan d’action

Vous pouvez écrire ce plan d’action et écrire vos symptômes de dépression  lorsque vous êtes stable car une fois la dépression installée, c’est souvent compliqué. Il est essentiel de prévenir ces proches d’une difficulté future à répondre au téléphone par exemple, pour ne pas perdre des amis parce que nous devenons injoignables. Lorsque vous sentez les symptômes qui arrivent, vous devez avoir un plan précis pour ne pas vous laisser sombrer.

Personnellement je demande quelques jours de congés ou contacte mon psychiatre par téléphone pour lui demander si besoin quelques jours d’arrêt pour le travail afin de pouvoir rentrer chez mes parents. Généralement seulement 2-3 jours d’arrêt suffisent, combinés à l’amour de mes proches et de longues ballades en forêt. Mais si je traîne trop, c’est là que les choses peuvent empirer. Chacun doit avoir son plan d’action pour l’aider à ne pas entrer en dépression plutôt que pour essayer d’en sortir. Un autre avantage d’avoir une routine précise est de savoir précisément quand quelque chose ne va pas. Cela permet aussi de s’accrocher le plus possible à une routine évitant de sombrer dans la dépression. Le fait de simplement marcher est quelque chose d’essentiel pour beaucoup.

Challenge pour sortir de la dépression

Nous proposons gratuitement des challenges pour sortir de la dépression entre bipolaires.

Voici un aperçu de notre challenge. Pour le rejoindre, le plus simple est de rejoindre notre communauté.

“ Hello les pandas

Nous lançons régulièrement des challenges afin de sortir de sa dépression.

Voici les règles

Une fois le challenge de la semaine terminé il faut le reproduire la semaine suivante en plus du nouveau challenge. Par exemple, en semaine 3, je dois chaque jour dire bonjour avec gratitude, marcher 15 minutes, écrire 5 minutes dans mon journal intime.

Semaine 1 : Dire bonjour avec gratitude dans le groupe messenger

Semaine 2 : Marcher minimum 15 minutes par jour

Semaine 3 : Ecrire 5 minutes par jour dans son journal intime

Semaine 4 : Marcher 30 minutes minimums par jour

Semaine 5 : Méditer 3 minutes par jour

Semaines 6 : Faire du sport 1 fois par semaine

Semaine 7 : Se faire accompagner :
Trouver l’accompagnement idéal pour bipolaire

Si vous n’arrivez pas à faire le challenge de la semaine, il faut reprendre au début, à la semaine 1. “

Nous nous appelons les pandas plutôt que bipolaires pour dédramatiser la bipolarité et que les autres ne puissent pas comprendre de quoi il s’agit si vous souhaitez rester discret.

Étape 10 : Participer à des groupes de parole

Nous organisons des groupes de parole régulièrement en ligne dans notre communauté.

Ces réunions se tiennent plusieurs fois par mois, par contre les places sont limitées donc n’hésitez pas à vous inscrire à l’avance. Elles sont animées par un thérapeute ou un pair aidant – un petit plus auquel nous avons voulu être attentifs pour vous aider à mieux vivre le trouble bipolaire.

L’objectif d’un groupe de parole en général est d’échanger avec d’autres bipolaires sur vos problèmes et partager vos solutions au groupe. C’est un espace sans jugement ou vous pouvez en apprendre plus sur votre maladie en parlant à des personnes ayant les mêmes difficultés que vous. D’autres associations rassemblent des bipolaires comme la maison perchée (plutôt pour les jeunes), l’Argos2001 (plutôt pour les >40ans) ou bien Bipolarité.org en Belgique si vous voulez des réunions en présentiel.

Conclusion

Les étapes de l’espoir ne sont pas une fin en soi. L’une des difficultés consiste à mettre en place tous ces paliers et c’est pour cela que nous existons. Il est toujours plus simple de se motiver via le groupe que de faire les choses seules. Nous avons créé une communauté d’entraide sur Facebook. Vous y trouverez aussi des guides parfois plus détaillés que ce document.
🎭 Rejoindre le groupe de parole
Nous mettons en relation des bipolaires avec des accompagnants (psychologues, thérapeutes, coachs) par visioconférence pour vous aider à mieux vivre votre bipolarité.

Pour postuler à notre programme merci de remplir notre formulaire.

Nous mettons en relation des bipolaires avec les bons thérapeutes spécialisés dans la bipolarité. (Pour l’instant, c’est gratuit mais ce sera un service payant à terme).

Si vous avez des questions ou des idées pour améliorer ce guide, le plus simple pour nous aider est d’envoyer un mail à hello@hopestage.com Ce sera un plaisir de vous lire.

Bonus : Ressources pour bipolaire

🎬 Ressources pour bipolaire (votre boîte à outils pour gérer au mieux votre trouble bipolaire. (PDF, Tests, Listes, Exercices, Liens…)

👉
Liste d’organismes pour bipolaire (mise à jour avec les coordonnées)

Voici une liste non exhaustive des organismes pour bipolaires :

  • Fondation fondamental : Centres Expert pour bipolaire
  • UNAFAM : (Union Nationale Familles et Amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques)
  • Les hôpitaux de jour
  • Psycom : une ressource publique nationale, pour que la santé mentale devienne l’affaire de toutes et de tous
  • La maison perchée : Association visant à accompagner les jeunes adultes vivant avec un trouble psychique. La Maison Perchée a été créée par et pour des personnes concernées et se base sur le principe fondateur de la pair-aidance.
  • CRISALID (Centre Support de Remédiation Cognitive et de Réhabilitation Psychosociale)
  • ARGOS 2001 : Est une association nationale de patients et de proches au service des patients et des proches de personnes touchées par un trouble bipolaire.
  • Clubhouse France : Le modèle Clubhouse : un tremplin vers une vie sociale et professionnelle active pour les personnes vivant avec un trouble
  • Bipolarité France : Une approche innovante en santé mentale. Un engagement humain, social et professionnel : Être acteur de sa pathologie et auteur de sa vie.
  • CAP Emploi : Les 98 Cap emploi sont des organismes de placement spécialisés (OPS) exerçant une mission de service public.

Nous avons besoin de votre aide pour faire connaître notre maladie. L’entraide et notre raison d’être pour que ceux qui arrivent à gérer leurs bipolarités puissent en aider d’autres. Nous sommes une goutte d’eau dans l’océan mais grâce à vous nous pouvons changer le courant.

hopestagehopestage

Envoyez-nous un message pour pouvoir vous aider !

“Ma mission aider les bipolaires au quotidien.”
Clement Baissat
Clément Baissat
Fondateur @HopeStage

Prenez contact avec nous

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.