Trouble Bipolaire

La bipolarité fait son cinéma

La bipolarité fait son cinéma

Quel est le lien entre ces trois films. Bon, je vous l’accorde, Homeland est une série. Mais qu’est-ce qui relie ces deux films et cette série ?

Que vous les ayez déjà vues ou non, je pense que vous avez tous trouvez. Effectivement, c’est la bipolarité. En effet, chacune de ces œuvres tourne, de près ou de loin autour de la ​maladie. ​

J’ai regardé toutes ces œuvres et ai même vu plusieurs fois Happiness Therapie. En ce qui concerne Homeland, je me suis arrêté à la saison 4.

​Dans cet article, je vais vous décrire chacun des films et vous donner mon avis. Peut-être vous donnerai-je l’envie de vous faire une petite soirée cinéma.

Homeland

Je peux le dire, j’adore les films. Et particulièrement quand ceux-là abordent un sujet qui me touche. ​Et des films ou des séries qui traitent de la bipolarité, il y en a pas cent. Cependant, ceux qui le font sont particulièrement bien réalisés. À commencer par Homeland.

J’ai connu cette série par le biais d’un ami qui m’a conseillé de le voir justement parce que l’un des personnages est bipolaire. Ni une, ni deux, je me suis jeté sur mon ordinateur pour voir comment cela était abordé.

Pour vous expliquer un peu la série, c’est l’histoire d’une femme, Cary jouée par Claire Danes, qui travaille à la CIA. Son boulot consiste à déjouer les attaques terroristes. Et la série démarre sur les chapeaux de roues puisque Brody, joué par Damian Lewis, a été fait prisonnier pendant 8 ans, et s’est fait libérer par les forces américaines. Cependant, une source de Cary lui dévoile qu’une personne a été "retournée" et donc qu’un attentat se prépare sur le sol américain.

​Je ne vous en dis pas plus sur le dénouement de la série et vous laisserez y jeter un coup d’œil si cela vous tente. Cependant, ce que je peux vous dire, c’est que le personnage de Cary, est bipolaire. Et cela à une énorme incidence dans l’intrigue de la série puisque, nous le savons tous, la bipolarité est compliquée à gérer, et ce d’autant plus quand on est sous pression.

Vous vous doutez bien qu’étant à la CIA, les journées de Cary ne sont pas tous les jours des plus simples. Entre les investigations de terrain et le risque d’attentat permanent, c’est un métier qui peut vous toucher les nerfs.

Cette personnalité bipolaire est très bien représentée​ et soulève beaucoup de questions auxquelles la série a su donner les réponses. Je pense notamment à la gestion des crises et comment réagir en tant que proche.

Plusieurs fois dans les épisodes, on y voit Cary en grande difficulté. Durant ces phases compliquées, la prise en charge et les réactions de proches sont très bien représentées. Je trouve d’ailleurs que la série met bien en avant les problématiques de la maladie sans pour autant ne parler que de celle-ci.

​C’est donc une série que je vous recommande si vous aimez le suspens et qu’en plus vous souhaitez voir comment le personnage principal gère la bipolarité.

Happiness Therapy

Dans un tout autre registre, je vous invite à regarder Hapiness Therapy.

J’avoue que la première fois que je l’ai vu, je n’avais pas fait attention à quel type de maladie le film faisait référence. À l’époque je ne le savais pas encore moi-même. Ce n’ai que lorsque l’on m’a dit que ce film traitait de la bipolarité que je l’ai regardé à nouveau.

Lors de ce re-visionnage, j’ai du coup beaucoup mieux compris le film et les réactions du personnage principal. Pat joué par Bradley Cooper est toujours éperdument amoureux de sa femme Nikki. Lorsqu’il sort de l’hôpital, il est obligé de retourner vivre chez ses parents. Il décide alors de se reprendre en main et de ne voir que le bon côté des choses.

Bien entendu, ce film est fort en rebondissement. Les crises de Pat sont bien représentées et laissent réellement voir la complexité à les gérer.

Entre romance et descriptif de la maladie, ​j’ai beaucoup apprécié ce film tant pour son humour que pour la recherche correspondance avec la réalité.

Mr Jones

Ce film de 1993 est mon préféré des trois. Il raconte l’histoire d’une psychiatre qui tombe sous le charme d’un bipolaire.

Dans ce film, M. Jones est joué par Richard Gere. Celui-ci est atteint de bipolarité ​et arbore des phases très intenses tant du côté maniaque que dépressif.

Durant tout le long du film, on observe avec compassion M. Jones dans ses différentes phases. Les deux personnages principaux sont très attachants ce qui rend ce film très poignant. C’est un film qui redonne de l’espoir et une joie de vivre tant M. Jones est communicatif. ​Celui-ci est souvent en période maniaque mais on peut également y voir à quel point les phases dépressives sont sévères et dures à vivre après chaque manie.

​Bien que le terme bipolaire soit apparu en 1980, dans ce film, la bipolarité est définie comme psychose maniaco-dépressive. ​

​Dans ce film, nous sommes réellement plongés dans la bipolarité et dans la vie du bipolaire. Je le conseille à tout le monde, bipolaire ou non. Ce film fait rire et réfléchir en même temps.

Je vous mets la bande-annonce en anglais car introuvable en français : https://www.imdb.com/title/tt0107611/

Voilà donc deux films et une série qui pourront fortement vous intéresser. Faites-moi donc un retour de ce que vous avez pensé de ces films. Je serai ravi de discuter de cela avec vous.


Découvrir notre liste de films

hopestagehopestage

Envoyez-nous un message pour pouvoir vous aider !

“Ma mission aider les bipolaires au quotidien.”
Clement Baissat
Clément Baissat
Fondateur @HopeStage

Prenez contact avec nous

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.